Will Grove-White et les autres !

Bonjour,

cette semaine, commençons à découvrir des albums solos des membres du groupe. Pour débuter cette petite série d’interviews, faisons connaissance avec Will. Son premier album solo s’intitule Will Grove-White and the others (Will et les autres).

Qui est Will Grove White ?

Je suis Will Grove White. Un joueur de ukulele de 36 ans né à Londres.

Tu joues du ukulele depuis longtemps. Tu as rejoint le Ukulele Orchestra of Great Britain à l’âge de 16 ans. Qu’est-ce que tu aimes dans le ukulele ?

J’ai commencé à jouer quand j’avais 13 ans avec un petit groupe à l’école. ça me semblait plus drôle que de jouer de la guitare, que tous mes amis pratiquaient. J’ai vu Ian Whitcomb en jouer une fois dans un bar de Londres. Je suis sorti et j’en ai acheté un. Le ukulele est un instrument facile pour débuter, et le son qu’il produit est plein d’entrain et très convivial. A cette époque cependant personne n’en jouait, à part de vieux musiciens. Alors quand j’ai lu dans un petit journal un article à propos du Ukulele Orchestra of Great Britain, je me suis précipité pour aller les voir. Après quelques mois à traîner avec eux et à les embêter sur la musique, ils m’ont demandé de les rejoindre. Au départ, j’étais très timide, je ne chantais pas. Mais avec les années j’ai pris confiance en moi et maintenant je peux pousser des cris rauques sur n’importe quel vieil air.

Est-ce que tu pourrais nous décrire tes ukuleles ? Lequel est ton préféré ?

Celui avec lequel je joue depuis les quinze dernières années est un vieux Martin. Il est super pour la rythmique, très percutant. Il y a un trou sur le côté à force de jouer. J’ai aussi un Kala tenor, et un super petit ukulele fabriqué par Hans Turing (Allemagne). Il sonne comme les vieux 78 tours quand on en joue.

Quand as-tu décidé de faire un album solo ? Avais-tu déjà écrit des chansons avant de décider de faire cet album ?

J’ai toujours voulu écrire mes propres chansons mais je ne l’avais pas fait jusqu’à ce que ma femme me dise d’arrêter d’en parler et de continuer. Beaucoup de chansons ont été en partie développées au fil des années, mais une fois que j’avais commencé, il a été plus facile que je ne pensais de les terminer et d’en écrire de nouvelles.

Sur ton site internet, tu dis être inspiré par des artistes tels que les Mills Brothers, Aretha Franklin ou Louis Jordan. D’où viennent ces influences musicales ?

De la collection de disques de la mère pour la plupart. Elle était critique musicale pour un journal anglais dans les années soixante, donc elle avait une collection assez diverse et intéressante de disques. On avait l’habitude d’écouter Elvis ensemble, on a été voir Chuck Berry et BB King quand j’avais environ 11 ans. Les Mills Brothers étaient le groupe favori de mon grand père. Leur imitation des trompettes est vraiment belle à écouter. Ils reproduisent le son avec leurs voix, ce que je trouvais incroyable quand j’étais petit, et que j’ai toujours tenté d’imiter. Mais sans autant de succès qu’eux !

Et Pour Jim Jenson et Paul Spooner ? De quelle manière t’inspirent-ils ?

Ils ont tous les deux une vue intéressante et excentrique, mais joyeuse, de la vie. Paul Spooner fabrique de petits jouets en bois mécaniques (j’en ai moi-même fabriqué pendant mon temps libre) et Jim Henson est le créateur des Muppets. Ils ont tous les deux créé des mondes inhabituels, drôles, mélancoliques et un petit peu noir, ce que j’ai essayé de faire dans cet album.

Peux-tu nous parler des Autres (The Others) ? Tu les connaissais avant de faire cet album ?

Je connaissais Max de Wardener, c’est un vieil ami d’école, et il m’a beaucoup encouragé pour faire ma propre musique. J’ai rencontré pas mal de musiciens de l’album grâce à lui, sauf certains comme Guy Bellingham (des Hot Potato Syncopators) rencontré par l’intermédiaire du Ukulele Orchestra.
Ben Castle, à la clarinette, est un maître, c’est le fils de Roy Castle, un acteur célèbre, musicien et comique. Pat Levett, à la batterie, est très inventif. Il joue maintenant avec les Pupinni Sisters, et a son propre groupe. C’est aussi un très bon joueur d’harmonica chromatique, dont il joue sur le CD. Dan Teper, à l’accordéon, est un excellent musicien et auteur. Il jouait avec les Cosmic Sausages, qui sont très drôles.
Alex Kidston a joué du tuba, cela sonne fantastiquement bien. C’est un type super, pour tous les types de musiques, et qui joue parfois avec Bellowhead. Jonty, du UOGB, a joué de la basse, et a sifflé et j’ai réussi à faire chanter tout le groupe sur le titre I was sure, que nous avons enregistré dans une petite chambre d’hôtel à Berlin.

L’album comporte aussi des instruments comme le melodica, la scie musicale ou le tuba. Ce sont des instruments inhabituels pour pas mal de personnes. Quand tu as écrit les chansons, savais-tu déjà que tu voulais ce type d’instruments ?

Je savais que je voulais quelque chose qui sonnerait différemment, et je ne m’étais fixé aucune règle concernant les instruments conventionnels. Sauf une : pas de guitare. J’ai pensé qu’avoir une telle règle m’amènerait à chercher d’autres moyens de remplir l’espace.J’ai aussi pensé que les gens sont alimentés avec un mélange musical assez étroit (habituellement guitare, basse et batterie), et bien que ce combo sonne bien, il est très agréable de tendre l’oreillle un peu comme un auditeur. Tous les sons s’harmonisent bien, alors pourquoi pas ?

J’ai vu la vidéo du concert à la National Portrait Gallery. Dans quelles circonstances as-tu joué là bas ?

Je connaissais quelqu’un qui travaille là-bas, et il y avait ces nuits musicales le vendredi. Je pense qu’ils auraient cru que ce serait drôle d’avoir quelque chose d’un peu différent, alors ils nous ont demandé de jouer. On a passé un très bon moment et comme c’était en journée, plein de familles sont venues avec les enfants qui couraient partout, ce qui a rajouté à cette ambiance chaotique.

Durant ce concert le public joue du Kazoo avec toi sur Can’t get you out of my head. Comment as-tu eu cette idée et pourquoi le kazoo ?

J’ai toujours aimé les kazoos, ce sont de vrais instruments dont tout le monde peut jouer. Quand je me suis marié, nous avons demandé à nos invités de jouer Here comes the bride au kazoo. Ne me demandes pas pourquoi, mais cela semblait être une bonne idée. Du coup j’avais une boîte remplie de kazoos depuis le mariage. Je l’ai emmenée au concert et tout le monde en a joué, cela sonnait vraiment très bien – Kylie n’a jamais sonné comme ça avant.

Peux-tu nous expliquer le principe du ukulele hall of fame de ton site internet ?

J’aime l’idée qu’il y a plein de gens dont on n’imagine pas qu’il jouent du ukulele. J’ai fait quelques recherches sur le net et personne n’avait encore initié une galerie de joueurs célèbres (sauf pour les joueurs virtuoses célèbres), et j’ai pensé que ça pouvait être amusant. Maintenant les gens m’envoient des photos du monde entier.

Il semble que tu parles très bien Français. Où as-tu appris ?

Je ne sais pas qui t’as dit cela mais mon Français n’est pas si bon que cela en vérité. J’ai appris à l’école et j’étais assez bon. Mais maintenant je pense que je peux juste commander une bière et un plateau de moules ! Peut-être qu’après quelques verres de vins, ça me reviendrait !

Quels sont tes projets : concerts ? nouvel album solo ? d’autres projets ?

J’essaie d’écrire en ce moment, j’aimerais faire un autre album rapidement mais on est très occupé avec le Ukulele Orchestra. Peut-être d’autres concerts bientôt

Pour finir, quelques questions : Si tu étais :

Je ne suis pas sur que ce soit ce que je serais mais ce sont mes préférés
Un instrument : une trompette de poche
Une chanson : Hong Kong Blues
Un livre : Where the Wild things are (écrit par Maurice Sendrak)
Un autre artiste célèbre : Les Marx Brothers
Un personnage historique : Harry Houdini
Un objet : une bouteille de Crystal Hot Sauce

Peux tu dire (écrire) quelque chose en français ?

Bonjour mes ukulele-jeux amis! J’espère que vous comprendrez mon francais ok. Je ne peux pas attendre jouer plusieurs concerts en France, et j’espère vous voir ! Continuez le ukulele et nous voir vous bientôt !

Merci encore d’avoir pris le temps de répondre à cette interview.

Où acheter l’album de Will ?

• sur le site du UOGB : par

• sur itunes par ici

• sur cdbaby.com par

Will sur internet

• Son site internet : www.willgrovewhite.com

• Son myspace est ici

Will et les autres, lors du concert à la National Portrait Gallery (l’épisode du Kazoo !)

Pour voir d’autres vidéos allez par et regardez la liste de vidéos à droite

Will avec le Ukulele Orchestra of Great Britain lors du concert BBC Proms en 2009

• L’album de Will en trois mots (ou plus…)
Un album pétillant que je vous conseille d’acquérir. Vous y trouverez beaucoup de musique, de chaleur, de couleur. Vous adorerez le rythme du ukulele, la légèreté de la batterie, les ponctuations de la basse et du tuba, les phrases aériennes de la clarinette, ces sifflotements (les fans du Ukulele Orchestra devineront tout de suite de qui il s’agit…) qui s’envolent dans l’air. On a l’impression d’être sur un nuage tellement cet album est à la fois détendu et plein de rythme. Un album dont vous fredonnerez les chansons toute la journée. Courez l’acheter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Pour monter, c'est par là
This site is protected by WP-CopyRightPro