Merci Kitty

En début de semaine, nous avons appris la disparition de Kitty Lux. Le Ukulele orchestra l’a annoncé sur ses réseaux sociaux avec ces mots : « C’est avec une immense tristesse que nous annonçons que Kitty Lux, fondatrice du UOGB, est décédée paisiblement hier, entourée de sa famille et de ses amis les plus proches. »

Elle avait fondé le groupe avec George il y a maintenant 32 ans. Elle en était aussi la directrice.

Kitty était née et avait grandit à Londres. Elle avait ensuite étudiée à Leeds. C’est là qu’elle avait rencontré George et Dave. Elle avait débuté l’ukulélé en 1982. C’est George qui lui avait offert l’instrument pour son anniversaire.

Photo du premier concert du groupe en 1985. Au centre Kitty et George. (photo UOGB)

Mais, on le sait moins ici en France, Kitty a aussi été un membre actif de la scène punk et new wave, via ses nombreux groupes parmi lesquels Sheeny and The Goys, Severed Head and the Neck Fuckers, et Really. Pour Really elle jouait notamment avec David Bowie Jr, le premier contre bassiste du Ukulele Orchestra.

 

J’ai eu la chance de connaître Kitty. C’était quelqu’un de très gentil et surtout qui m’a fait redécouvrir des tas de chansons. Les spectacles du groupe sont toujours très drôles. Mais quand Kitty chantait, elle installait cette ambiance mélancolique qui redonnait une nouvelle dimension aux chansons. En tout cas, c’est comme ça que je le ressentais. Réécoutez la version du groupe de Bang Bang, de I Heard it Through the Grapevine, Satellite of love, ou encore Je T’aime et Running Wild.

Kitty avait enregistré avec Jonty cette magnifique version de Silent night, en anglais et en allemand, sur l’album Lousy war, consacré aux chansons de la Première Guerre mondiale. Sans oublier Vertigo, un magnifique titre qu’elle a composé avec Richie et qui faisait partie du spectacle depuis quelques années.

Depuis ses récents problèmes de santé, elle ne jouait plus sur scène avec le groupe. Je garderai d’elle cet immense talent musical, cette voix, cette gentillesse, ses foulards à pois blancs qu’elle avait souvent dans ses cheveux. Elle chante désormais au paradis des musiciens.
Merci Kitty. Repose en paix.

 

[Edit du 31 juillet]

Le Guardian a fait un article sur la vie de Kitty. Il est à lire ici.

[Adit du 21 août]

Howard Jacobson a écrit un article sur The Guardian sur Kitty. A lire ici.

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Pour monter, c'est par là
This site is protected by WP-CopyRightPro